Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vamireh - JH Rosny

vamireh.JPG

Tout le monde connaît JH Rosny. Attention, Rosny Ainé, pas Rosny Jeune, son frère, ni Rosny sous Bois, rien à voir, ni Ronnie James Dio, encore moins rien à voir.

JH Rosny, tout le monde le connaît car la Guerre du Feu, c’est lui. Et ouais. Le livre, pas le film, hein. Un livre qui comporte peu de dialogues, tout comme le film.

Bref, aujourd’hui, intéressons-nous à un autre livre de sa série des Romans préhistoriques, antérieur à la Guerre du Feu : Vamireh.

Vamireh se situe dans le monde préhistorique, où les Hommes côtoient les tigres à dents de sabre, les mammouths, et même d’autres Hommes, issus d’autres races, d’autres branches de l’Evolution.

Vamireh, le héros, quitte sa tribu, et rend hommage à la nature à chaque instant. La nature ici, c’est le prolongement de la tribu. Il n’y a pas de différence entre elle et les hommes. Ca fait partie d’un tout.

Le héros rencontre animaux, hommes, au fil de son voyage. Il trouve aussi une femme, d’une autre tribu, d’une autre race, et rencontre aussi la violence. Des animaux, et des hommes. Contre d’autres hommes, d’une autre race. Pas considérés comme des Hommes pour certains, un stade d’évolution différent, une branche de l’espèce différente… ils seront massacrés par les hommes et leurs alliés, les chiens. Mais Vamireh prendra partie pour eux, et organisera la défense avec ces alliés dans une bataille homérique et sanglante.

A la lecture de ce livre, plusieurs choses m’ont marqué. D’une, ça date de 1892 et nonobstant le style de son époque par moments, ça sonne résolument moderne ! Enfin… on va dire que ça aurait pu être écrit dans les années 30, car on a affaire ici à une nouvelle très pulp ! Très Heroic Fantasy même ! Heroic Fantasy vintage, certes, mais qui n’aurait pas dépareillé chez un RE Howard entre son Lance et Croc (Spear and Fang, sa première histoire publiée alors qu’il n’avait que 15 ans !) et son Conan ! Les scènes de bataille et de violence presqu’animale, en tout cas, sauvage, dans le sens du terme « sauvage » qu’affectionnait Howard. Inverse du terme « civilisation ». Violent. Viril. En même temps, empreint d’une compassion envers le faible. Une bête va protéger Vamireh d’un danger animal, Vamireh prend le parti de ces hommes inférieurs, face à une tribu menée par un homme sage, mais composée de guerriers belliqueux. Il y a un côté Rahan dans ce héros également. J’imagine que Chéret et Lecureux se sont inspirés de Rosny pour créer leur fils des âges farouches. Mais il n’est pas impossible également que Howard en ait lu une traduction dans une bibliothèque texane au moment de forger son imaginaire…

Une autre chose marquante, c’est, consubstantiellement à la notion d’entraide du fort vers le faible, du supérieur vers l’inférieur, tout autant que la domination du fort sur le faible, ce sont les termes d’exploitation de l’homme qu’emploie Rosny… des termes très politiques et orientés...

La présente édition contient à la suite de Vamireh une autre nouvelle, les Xipehuz. Ici, on change d’univers, encore que… Nous sommes à – 1000 avant notre ère, et l’Humanité risque de s’éteindre face à une autre civilisation, celle-ci à peine terrestre, plutôt extra-terrestre. On nage en pleine Science Fiction, vintage certes aussi, les créatures sont décrites comme des cônes, des cylindres ou des strates (leur forme change), leur couleur varie selon l’heure du jour et leurs émotions, et une auréole émane autour d’eux. En 1887, l’absinthe coulait à flot… On est loin des petits gris et autres aliens robots… Des créatures, les fameux Xipehuz, dont la description géométrique dans la forme me rappelle Lovecraft et ses monstres des Montagnes hallucinées… Des formes que j’ai personnellement beaucoup de mal à imaginer autrement qu’un cône routier qui se déplacerait…  

Passons sur ces détails typiquement SF pour revenir sur la trame de la nouvelle. Les hommes guidés par Bakhoûn, tribus unifiées du monde vont livrer une guerre d’éradication contre ces créatures extrêmement difficiles à battre, armées de leurs rayons qui brûlent les hommes et les terrassent… Là encore, on retrouve des batailles homériques, des armées qui deviennent gigantesques…

Un précurseur, ce Rosny !

Écrire un commentaire

Optionnel